Les grandes surfaces VS le vrac

Après de nombreuses discussions avec des proches et collègues autour de la question du vrac, je me suis dit qu'une petite mise au point s'imposait sur le zéro déchet et sur son coût réel. Contrairement à ce qu'on pense : ce n'est pas plus cher.


L'argument qui revient le plus souvent, c'est que "la bio, c'est cher mais le vrac encore plus". Or, ce n'est pas toujours le cas. Et je me permets même de statuer ceci : entre le premier prix Carrefour, créé on ne sait où, dans on ne sait quelles conditions & un produit en vrac donc on connait la provenance, parfois bio mais majoritairement local... Niveau qualité : il n'y a pas à tergiverser longtemps !

Evidemment, ces changements d'alimentation impliquent d'autres changements. Qui, je le précise, ne se sont pas faits en un jour. Pour commencer, on fait beaucoup plus de choses nous-mêmes, et nous avons de la chance et avons des personnes autour de nous qui font aussi beaucoup eux-mêmes. Mais oui, c'est chronophage.

Ce que nous n'achetons plus du tout

Finalement, il y a beaucoup de choses et cette liste n'est pas exhaustive :

Pendant l'été, certains légumes comme les tomates, les salades, les betteraves, les blettes, les haricots verts, les courgettes...n'ont pas besoin d'être achetés : nous avons un potager, et la plupart des fruits et légumes qui nous servent pour les plats cités ci-dessous proviennent de là. C'est autant d'économies qu'on peut faire. Et avant d'avoir une maison et un terrain, je faisais mon potager sur mon balcon...

Pour ce qui demande un peu plus de préparation il y a : les confitures (mûre, groseille-cassis, abricot...), les compotes (pomme du jardin, poire, pomme-poire etc...), les sauces tomates et les plats préparés & stérilisés en bocaux comme la ratatouille, les poêlées de courgettes etc... Sincèrement, je prends beaucoup de plaisir à cuisiner tout ça. De temps en temps, je m'y mets sur une après-midi et basta : je fais des litres et des litres pour des mois et des mois. Mais si ce n'est de l'argent alors c'est du temps passé à tout préparer. J'estime que c'est un choix gustatif plus qu'économique. Autre chose que nous n'achetons plus : les produits de ménage. Je fais mon propre nettoyant multi-usage qui me sert pour toutes les surfaces et les sols.

Ce qu'on continuer d'acheter au supermarché

Le déodorant de l'amoureux. J"ai réussi à trouver une alternative convenable pour le dentifrice et le savon douche. Mais tant qu'il n'aura pas été séduit par une alternative saine à ce dernier produit, et vu les efforts qu'il fait pour le reste, on continue de l'acheter en grande surface. Il y a aussi le vinaigre blanc, l'huile végétale (olive ou autre) et le papier toilette. Comme vous le verrez sur le comparatif, acheter le liquide en vrac serait un vrai perce-porte-monnaie. Et je ne suis pas prête à mettre un rein et demi dans du vinaigre blanc. Le dernier produit que j'achète en supermarché, c'est la viande. Je me rends au rayon des dates de consommation courtes et j'achète des morceaux qui seront jetés.

Ce qu'on achète en vrac et au maximum bio et / ou local.

Notre politique est la suivante : tous les produits bruts, non raffinés, sont achetés en vrac. Ça concerne donc toute l'épicerie : pâtes, céréales, graines, fruits à coque, légumineuses, huiles, farines, sucres etc... ainsi que quelques produits de beauté (comme le savon, les argiles, certaines huiles etc...). J'achète tout ça à la Biocoop qui a une politique d'achat/vente qui me plait beaucoup. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce n'est pas une chaîne mais une franchise, et jeter un œil à leur charte du local est très intéressant. Pour ce que je n'y trouve pas, ou suivant mon circuit de courses, j'achète dans un magasin 100% vrac. Les deux se situent à moins de 9 km de la maison. Nous habitons en zone semi-rurale et les villes sont assez éloignées les unes des autres.

Les légumes, donc, en dehors de la période d'été. La plupart des stands de légumes au marché ont des paniers, et il me suffit ensuite de tout mettre sans sac dans un trolley. Mon marché se situe à 13 km de la maison. Il y en a un plus près mais sa proximité avec la frontière suisse le rend très cher et assez mensonger. Des revendeurs de bio qui font passer ça pour du maraîchage, bien que ce soit illégal.

La crèmerie qui se trouve au marché, aussi, puisque nous prenons notre fromage chez un fromager affineur et que je peux y aller avec mes bocaux. Pas de pression cependant si je les oublie et qu'ils me donnent un petit bout de papier....

Il s'agit plus de qualité des produits que de réduction des déchets. Pour ma part, réduire, c'est la cerise sur le gâteau.

Mais parce qu'il faut le voir pour le croire, j'ai relevé les prix des produits que je peux acheter en épicerie et fait un p)comparatif entre Carrefour BIO, ma biocoop (les prix peuvent différer de l'une à l'autre) et mon magasin de vrac.

En gras, le moins cher des trois, lorsque la comparaison est possible.

Suivez mes aventures sur instagram

Retrouvez moi ici

  • Instagram
  • LinkedIn
GENUINEWOMEN_logo_gris.png

©2020 par Simplier Sophie
Prenez une tasse de thé, vous êtes ici pour rester.