Au potager avec Sophie #1

La réflexion autour de notre manière de consommer m'a très vite amenée à vouloir modifier les achats que je faisais. Du supermarché traditionnel, je suis passée aux magasins bios, aux marchés locaux et leurs producteurs raisonnés. Désormais, je pousse plus loin la démarche et je créé mon premier potager en autonomie.


Tout a commencé lorsque nous avons eu la chance de rencontrer des personnes qui souhaitaient vendre leur auberge, dans le Jura. Mon emploi était sur la sellette puisque mon employeur ne me payait plus et l'Amoureux et moi cherchions un projet dans lequel s'investir. La carte de l'auberge-gite était déjà bio et locale, et il n'était pas question de changer cela, mais nous souhaitions apporter quelque chose de plus : des légumes cultivés nous-mêmes. Malheureusement, l'apport dont nous avions besoin pour faire l'achat venant principalement de ce que mon employeur me devait, ce projet, dans lequel nous nous étions beaucoup investis et projetés, n'a pas abouti. C'est encore aujourd'hui un crève-coeur.

A défaut de créer un potager pour ce projet, nous en avons commencé un sur le balcon de notre appartement. C'était il y a quatre ans, maintenant.

Potager de balcon 2017

Il y a plein de choses qui n'allaient pas, sur ce balcon. La lumière, les sacs IKEA en guise de fond de bac, notre absence tout l'été pour aller à Paléo. Nous avons pourtant réussi à faire quelques salades, de la roquette, des tomates et des aromatiques. Désormais, nous sommes en maison. Avec un potager en pleine terre, deux bacs potagers et des jardinières et pots un peu partout. Nous le partageons avec le papa de l'Amoureux. Mais cette année, retraite et confinement oblige, nous le gérons seuls... et on en profite pour expérimenter ! C'est pour ça que c'est la première fois que nous serons en totale autonomie.


Le potager (en 2019)

Le potager, en Mai 2019

Le potager se divise en plusieurs espaces : un bac pour les aromatiques, un bac pour les salades. Leur muret permet d'ajouter un cadre bâché qui créé un effet "serre". Le terrain "pleine terre" dans lequel nous mettons tous les légumes. En plus de ces trois espaces, une ligne de fruitiers (mûres, groseilles, cassis et framboises), deux pommiers, un prunier, deux cerisiers et un poirier s'ajoutent au potager. Autant le dire : il y a du travail pour entretenir tout ça, et ce n'est pas de tout repos. Cet été, c'est le premier que nous allons réellement pouvoir y travailler. Habituellement, nous rentrons tous les jours ou deux jours pour arroser le potager mais nous passons notre temps en bénévolat dans un festival de musique côté Suisse. L'année 2020 voit tous ses événements annulés. Notre festival également. Du coup, on a décidé de réellement s'investir dans le potager. Notre but est de pouvoir se nourrir exclusivement du potager durant la période estivale mais aussi de conserver le maximum de légumes pour l'hiver. Ce que nous avons prévu de planter :

Le matériel qui restait de l'an passé pour faire les semis

NB : Les graines ont été achetées l'an passé ou, dans de rares cas, en même temps que la nourriture des animaux. Restez chez vous au maximum. Il y a le temps d'acheter des plantons plus tard. Il est prévu que l'entier des légumes soient bios. Cependant, j'ai conscience que l'agriculteur du champ juste à côté va sans doute utiliser des pesticides sur ce qu'il va cultiver cette année. La bio, c'est bien, mais ne le sera jamais totalement. Pour choisir les légumes, j'ai observé ce que le papa de l'Amoureux faisait déjà et aussi ce que nous mangions le plus. Si toutefois quelque chose venait à manquer, on l'achètera ou... on s'en passera ! De chez Kokopelli (bio) : - Cornichons - Concombres - Tomates (Rich, précoce) - Brocoli - Carottes - Poireaux - Aubergine - Piment doux (poivron) - Chou de Bruxelles - Chou fleur - Salades - Blettes - Potimarron - Butternut Graines données ou récupérées : - Tomates roses de Bern - Tomates cerises - Epinards De chez Botanic (bio) : - Pommes de terre - Oignons - Haricots verts - Radis de 18 jours.


Ce que je vais acheter en plants, étant donné les circonstances actuelles : - Courgettes - Betteraves Pour ce qui est des aromatiques, nous avions déjà de la ciboulette (qui a d'ailleurs migré un peu partout dans le jardin), du persil, du romarin, de l'origan et du thym. J'ajoute de la menthe bio, du basilic, de la coriandre, j'étoffe le persil et surtout, j'ajoute des plantes médicinales : matricaire, calendula, Chez les fruitiers, je vais rajouter des framboisiers. Quelqu'un m'avait pourtant offert des pieds de remontants il y a deux ans mais ils n'ont malheureusement pas tenu.

Vous aussi, vous allez faire un potager cette année ? En pleine terre ou en balcon ? Et avec le confinement, comment procédez-vous pour les semis ? Prenez soin de vous.

Retrouvez moi ici

Suivez mes aventures sur instagram

  • Instagram
  • LinkedIn
GENUINEWOMEN_logo_gris.png

©2020 par Simplier Sophie
Prenez une tasse de thé, vous êtes ici pour rester.